lundi 1 septembre 2014

Anaphores du matin

IL Y A


Il y a des dimanches d’automne qui s’étirent.
Il y a des matins brumeux où le regard se perd.
Il y a des rêves d’enfant oubliés.
Il y a des silences gênés, des mensonges découverts.
Il y a des routes joyeuses que l’on aime emprunter.
Il y a des bistrots tranquilles l’après midi à paris.
Il y a des trains de banlieue , jamais à l’heure qui rythment ma vie.
Il y a le son strident des voitures de polices sur Montparnasse.
Il y a cette foret où je t’ai embrassée.
Il y a ces chemins pleins de champignons que je ne connais pas.
Il y a ton regard perdu, que tu caches sous  tes cils.
Il y ces moments que j’ai cru immortels qui ne sont plus que dans ma mémoire.
Il y a les mots que nous ne reconnaissons plus aujourd’hui.

Il y a une femme qui s’abandonne dans mes bras et s’endort souriante.

3 commentaires:

  1. Jolie plume, très plaisante à lire..un régal.

    RépondreSupprimer
  2. Marie Laure Vervaecke18 janvier 2015 à 12:00

    Magnique

    RépondreSupprimer
  3. Marie Laure Vervaecke18 janvier 2015 à 12:01

    Magnifique

    RépondreSupprimer