vendredi 2 janvier 2015

Auteur de romans érotiques–Andrea Mrena

 

Auteur de 6 romans dont la plupart ont fait l’objet d’une diffusion sur plateformes francophones et Américanophones, Andrea Mrena est belge d’origine slovaque. Issue d’un milieu doté de solides ressources intellectuelles, elle se destine aux études littéraires qui la conduisent à vivre librement des produits de sa créativité artistique.

L’histoire

Au sortir de ses études, une jeune femme de vingt-deux ans, Alexandra, très littéraire, rêve de vivre de sa plume et se trouve alors confrontée au monde de l’édition qui ne l’a pas attendue. Elle fait la rencontre d’Alain Melville, auteur célèbre, éditeur de ses propres œuvres qui mettent en scène un personnage de fiction récurent, agent secret mercenaire pour la CIA. C’est ce personnage qui depuis plus de vingt ans a fait la fortune et assuré la renommée de son auteur. Alain Melville est avant tout un excellent homme d’affaires qui sait parfaitement compter les sous qu’il gagne et encore plus, ceux qu’il dépense.

Alexandra est séduite par cet homme qui pour elle, incarne la puissance, la maturité ainsi qu’une expérience sexuelle qu’elle imagine hors normes… elle voit dans cette rencontre un moyen efficace de sortir de son anonymat. L’éditeur lui propose de travailler pour lui en réanimant une de ses collections érotiques qui retrace les aventures de la sulfureuse Samantha. Alexandra entame alors avec cet homme, une relation ambigüe.

Celui-ci est excité par sa jeunesse et son imagination érotique alors qu’elle avoue n’avoir aucune expérience concrète du sexe. L’auteur nous fait découvrir au travers de son ouvrage les mesquineries propres au monde de l’édition et surtout nous révèle les facettes peu glorieuses que cet homme que tout le monde aura reconnu. Celui-ci s'avère manipulateur, menteur, goujat, égoïste, ne faisant pas le moindre cas de la valeur humaine des hommes et des femmes avec qui il collabore. Il se complait à entretenir au sein de son entreprise, un climat délétère fondé sur la rétention de l’information et sur l’opposition des collaborateurs entre eux. Elle aura toutes les peines du monde à obtenir un contrat signé et le règlement de ses droits qui s’avèreront très en deçà de la valeur de marché.

Au bout d’un an, épuisée, anéantie par le mépris affiché par son patron et surtout son manque d’empathie à son égard ainsi que par les difficultés relationnelles qu’elle rencontre au sein du groupe, elle décide de démissionner. Elle ne retrouvera plus jamais d’éditeur prêt à la publier.

On aura vite compris qu’Alain Melville n’est autre que Gérard de Villiers, sa femme Nathalie est bien sur Christine, l’actuelle patronne du groupe. Quant à la série Samantha, il s’agit de la peu fameuse Comtesse Alexandra

Un très bon bouquin, bien écrit, accrochant.

Une lecture très agréable. Une tranche de vie dont on devine que l’auteur a dû mettre un temps certain pour se remettre. Un témoignage immersif dans le monde de l’édition de « l’autre littérature ». C’est surtout le trajet d’une jeune femme insuffisamment armée ni assez mature pour tirer profit d’une chance qu’elle n’a pas su saisir. Une preuve supplémentaire que l’auto-édition regorge de récits passionnants, en marge de ce qu’autorise l’establishment parisien.

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire